Association pour l'information et l'échange de pratiques en faveur du développement durable.

Bandeau

Livre blanc "Développez l’entreprenariat social"

« août 2020 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
 

Bonjour >

imprimer

Livre blanc "Développez l’entreprenariat social"

mardi 28 avril 2009

Qu’est ce que l’entrepreneuriat social ?

Les entrepreneurs sociaux partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial au service de l’Homme. Elles combinent ainsi leur projet économique avec une finalité sociale et/ou une gouvernance participative. Pour ces entreprises sociales, la réalisation de bénéfices ne constitue pas une fin en soi mais est un moyen au service d’un projet social.

L’entrepreneuriat social est une notion qui a émergé dans les années 1990 simultanément aux Etats-Unis et en Europe. Dans les pays en développement, il connaît également un vrai succès, symbolisé par le prix Nobel de la Paix 2006 Mohamed Yunus, inventeur et fondateur de la Grameen Bank au Bangladesh, utilisant le microcrédit comme un moyen efficace pour combattre la pauvreté.

Le poids des entreprises sociales en France :
L’entrepreneuriat social regroupe différentes familles, notamment les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE), les entreprises adaptées, le commerce équitable, les associations de service à la personne, les différentes formes de coopératives (Scop, Scic, CAE). A titre d’illustration, le champ de l’insertion et du handicap représente 5 000 entreprises sociales (structures d’insertion et entreprises adaptées) et plus de 70 000 salariés. Il y a 1 850 SCOP (sociétés coopératives ouvrières de production) avec plus de 38 000 salariés.125 CAE (coopératives d’activité et d’emploi), 2 173 entrepreneurs salariés et 3 721 entrepreneurs accompagnés à fin 2007.

L’entrepreneuriat social s’inscrit dans un ensemble plus vaste : celui de l’économie sociale et solidaire, qui regroupe les coopératives, les mutuelles, les associations et les fondations. Ce secteur représente 9,8% de l’emploi salarié en France, soit 2,1 millions de salariés et 203 000 établissements employeurs. Entre 2005 et 2006, près d’un emploi net sur cinq a été créé par les entreprises de l’économie sociale et solidaire, en particulier dans l’éducation, la santé, l’action sociale, le commerce et les services à la personne. (source : Panorama de l’économie sociale et solidaire en France et dans les régions, décembre 2008).

100 entrepreneurs sociaux s’engagent concrètement
Dans un contexte économique fragile et incertain, le développement dynamique de l’entrepreneuriat social, créateur d’emplois, de cohésion sociale et porteur d’innovation, tranche. Il devient donc urgent d’en faire connaître les multiples aspects et de favoriser son développement. C’est pourquoi 100 entrepreneurs sociaux, réunis autour du Codès [1] (Collectif pour le Développement de l’Entrepreneuriat Social) lancent un plan d’action concret articulé autour de 15 initiatives immédiates répondent. Sur chacune de ces actions, les 100 entrepreneurs sociaux donnent rendez-vous dans un an pour faire un premier bilan de ces réalisations.

Des actions fortes mises en œuvre dès 2009 :
Parmi les 15 initiatives lancées :
- Mobiliser l’épargne salariale solidaire sur le financement de l’innovation et l’expérimentation sociales, pour financer la R&D sociale et inventer les grandes entreprises sociales de demain. L’innovation et l’expérimentation sociales sont aujourd’hui mal financées. Les acteurs classiques du financement de l’économie sociale et solidaire n’y interviennent pas ou peu, en raison notamment d’un risque évalué comme trop élevé. Le budget de l’épargne solidaire est important (1,7 milliard d’euros d’encours en 2007) et en croissance (+ 33% par rapport à 2006). La Loi de Modernisation de l’Economie étend, à tous les plans d’épargne d’entreprise, l’obligation de proposer aux salariés un fonds finançant des entreprises solidaires (FCPES). Quelques millièmes, voire centièmes, de cette épargne permettraient d’augmenter considérablement le financement d’une « R&D sociale ».
- Démultiplier les dispositifs d’appui à la création d’entreprises sociales, pour obtenir un maillage cohérent et complémentaire de l’ensemble du territoire. Les dispositifs d’appui à la création d’entreprises sociales sont nombreux, se caractérisent par une grande diversité de projets et de méthodes, mais maillent insuffisamment le territoire. Les 100 entrepreneurs sociaux souhaitent articuler, déployer et démultiplier sur les territoires les dispositifs existants ou en création, afin de passer du stade du « laboratoire » à celui de la « production en série » d’entreprises sociales.
- Sortir du cadre national et travailler avec les acteurs internationaux, pour construire une communauté d’entrepreneurs sociaux. Ce type de communauté existe déjà dans d’autres pays, majoritairement anglo-saxons. Le premier « Social Enterprise World Forum » a eu lieu en septembre 2008, en Ecosse. Les entrepreneurs sociaux français ont tout à gagner d’un tel rapprochement : partage d’expériences, développement de nouveaux marchés, voire représentation internationale (institutions européennes, mais aussi ONU, OMC, etc.).
- Créer une école dédiée à l’entrepreneuriat social, pour fabriquer et pérenniser de nouvelles entreprises. S’il est important de pénétrer les formations existantes sur l’entrepreneuriat, notamment dans les écoles de commerce et universités de management, il est tout aussi important de faire exister l’entrepreneuriat social à travers des institutions autonomes, comme l’Ecole de l’entrepreneuriat en économie sociale (EEES) qui ouvrira début 2009, à l’initiative des acteurs de l’économie sociale de la région Languedoc-Roussillon. Elle est destinée aux dirigeants, cadres dirigeants, bénévoles, salariés d’entreprises de l’économie sociale, aux porteurs de projet de création ou de reprise d’entreprise de l’économie sociale.

Contact : Avise [2] - Emmanuelle Delforge : Tél : 01 53 25 02 29 emmanuelle.delforge@avise.org

Pour plus d’informations : http://avise.org/100entrepreneursso...

PDF - 648.1 ko
Livre blanc "développez l’entreprenariat social"

Notes

[1] Le Codès : ce Collectif pour le Développement de l’Entrepreneuriat Social a été créé en 2006 par l’Avise, et compte une vingtaine de personnalités du secteur (entrepreneurs sociaux, institutionnels, financeurs).

[2] L’Avise, créée en 2002, est un centre de ressources, visant à promouvoir et développer les initiatives socio-économiques. Elle réunit les acteurs suivants : Caisse des Dépôts, CNCE (Groupe Caisse d’Epargne), CG SCOP, CPCA, Crédit Coopératif, Groupe Chèque Déjeuner, ESFIN-IDES, FNMF (Fédération de la Mutualité Française), FONDA, Fondation Macif, France Active, MACIF, MAIF. L’Avise assure l’animation, l’outillage et la valorisation du Codès. www.avise.org